Vous êtes ici : Accueil > Espace Pédagogique > Français > Opéra Lucia di Lammermoor : Critiques dramatiques
Publié : 2 novembre 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Opéra Lucia di Lammermoor : Critiques dramatiques

Critiques dramatiques de l’Opéra Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti,
donné au Théâtre des Arts à Rouen, le dimanche 04 octobre 2015

Aimer à en mourir folle !
« Lucie di Lammermoor » est un opéra dit « bel canto », mis en scène par Jean-Romain Vesperini, qui raconte l’histoire d’un amour impossible entre deux jeunes amants dans l’Écosse du XVI° siècle. En effet, Lucia aime Edgardo, mais les familles des deux amants sont ennemies depuis toujours. Enrico, le frère de Lucia, veut la marier à Arturo, un homme riche. Edgardo, lui annonce qu’il doit se rendre en France, mais avant il souhaite demander sa main à son frère. Celle-ci l’en dissuade, car elle a peur de la réaction d’Enrico. Les deux amants échangent quand même l’anneau sacré et se jurent fidélité, sans que personne ne le sache. Edgardo part en France, pendant ce temps, Enrico essaie de le faire passer pour un homme infidèle aux yeux de Lucia pour qu’elle accepte de se marier avec Arturo. Il y arrive, mais quand le contrat de mariage est signé, Edgardo rentre de voyage furieux, il renie Lucia et son amour pour elle. Lors de sa nuit de noces, Lucia est prise d’une crise de folie et tue Arturo. En sortant de la chambre, elle est pleine de sang et meurt. Edgardo, triste d’avoir perdu son amour se poignarde.

Les costumes et les décors sont plutôt simples, les hommes en costume et les femmes en robe, sauf au premier acte où Lucia est habillée d’un pantalon.
Pour les décors, le metteur en scène, s’est appuyé sur les éléments : l’eau ; l’océan qui bord le château, la fontaine ; la terre ; celle des ancêtres, de la chasse ; et l’air ; représenté par des rideaux qui évoquent la brume écossaise. Au milieu de la cage de scène, un monolithe représente une tour du château ensevelie dans les sables mouvants, le cimetière, la chambre, la salle de bal, le lieu de rencontre des amants.
Dans l’opéra, la flûte est constamment en opposition avec le cor. La flûte aérienne accompagne aussi Lucia dans la scène de la folie et évoque un dédoublement de la personnalité.
Les lumières sont beaucoup utilisées pour mettre en valeur les personnages qui chantent.
On sent bien que les acteurs sont en parfaite harmonie avec leur personnage. Ils occupent tout l’espace scénique, notamment le monolithe. Il y a une bonne coordination entre l’orchestre, les chanteurs et les sous-titres. La performante artistique des acteurs est très impressionnante, comme lorsque Lucia chante alors qu’elle est allongée.
Voir les musiciens jouer dans la fosse d’orchestre est plutôt bien ; cela rend plus vivant l’opéra. On a pu apercevoir différents instruments tels que : violon, contrebasse, flûte hautbois, cor…

Le spectacle a sûrement dû demander beaucoup de travail et je trouve que les acteurs interprètent très bien leur rôle ; la représentation était de grande qualité. Tous méritent d’être connus et de faire une grande carrière. C’est vraiment ce que je leur souhaite. Ce spectacle m’a beaucoup plu et je le recommande vivement. En plus, il convient à toutes les tranches d’âge, c’est donc une bonne idée de sortie en famille.
Charlotte T., élève de 3°5

Ma première fois à l’Opéra !
Le dimanche 04 Octobre 2015, je suis allé assister à un opéra, pour la première fois au Théâtre des Arts, à Rouen. Cet opéra est l’un des plus connus de Gaétano Donizetti : « Lucia di Lammermoor ». C’est l’histoire de deux familles écossaises ennemies : les Ashton et les Ravenswood. Lucia la fille, côté Ashton est amoureuse du garçon côté Ravenswood, Edgardo. Mais le frère de Lucia, Enrico, lui n’est pas de cet avis et les deux amants devront renoncer à leur amour passionnel…
Cet opéra a été mis en scène par Jean-Romain Vesperini, qui pour représenter le château, a imaginé un gros monolithe penché qui peut subir un mouvement de rotation à tout moment. Une idée ingénieuse, car cela permet le changement de scène à l’œil nu. Le monolithe représente tous les lieux, c’est donc au spectateur de faire travailler son imagination. Ce monolithe est accompagné d’un autel où l’on peut isoler et mettre en valeur l’héroïne. Ce metteur en scène a aussi joué avec les effets spéciaux, comme l’eau de la fontaine qui est en réalité, sur l’un des murs du monolithe, le sang qui est présent depuis le début, mais que l’on voit seulement lorsque Lucia l’étale en forme de cœur sur l’autel, pour symboliser la passion ou bien même la présence de fumée pour rappeler les landes écossaises. De plus, des projections de silhouettes d’arbres nous situent très bien dans le contexte.
Lorsque le metteur en scène veut isoler ou mettre en valeur un personnage, il utilise la douche, un halo de lumière. Dans la scène de la folie, Lucia est seule sur l’autel et le monolithe tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, accompagné de la musique et de la voix de Lucia, ce qui fait vivre et ressentir la folie au spectateur.
Quant aux costumes, ils sont sobres et simples, ce qui permet au spectateur de s’identifier à un personnage et de ressentir les mêmes émotions que lui. Les membres du chœur sont tous vêtus de la même façon, ainsi on les distingue très bien et cela ne prête pas à confusion. La façon dont est vêtue Lucia au début de l’œuvre rappelle la chasse. Le metteur en scène utilise des moyens indirects pour représenter des choses ou des éléments.
Quant aux performances des artistes lyriques, elles laissent parfois le spectateur sans voix ! Par exemple, lorsque Lucia chante allongée (…) ou bien même quand les artistes maintiennent les notes. (…) On ressent que les acteurs font corps avec le personnage qu’ils incarnent.
La tâche qu’a dû mener Antonello Alémandi, le chef d’orchestre est loin d’être facile : il a dû coordonner ses musiciens qui se trouvent dans la fosse d’orchestre avec les mouvements et les répliques des chanteurs présents sur le plateau. (….) Lorsque Lucia sombre dans la folie, elle est accompagnée de la flûte traversière symbolisant l’air et la folie, ce qui captive les spectateurs et provoque une montée d’émotion. Ce chef d’orchestre doit donc toujours avoir un œil sur ce qui se passe sur scène et il l’a très bien fait !

C’est la première fois que je vais assister à un opéra et cela m’a plu ! La musique classique m’a plu, ainsi que les voix (…). Les scènes du premier acte sont trop calmes à mon goût, mais la suite et les nombreux effets spéciaux, ainsi que les magnifiques jeux d’acteurs permettront à chacun de se reconnaître dans un personnage et de vivre pleinement ce beau spectacle.
Anthony P., élève de 3°5 {{}}

Avis sur l’Opéra Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti.

« L’opéra de Donizetti, magnifiquement mis en scène par Jean-Romain Vespérini, a toutes les chances de vous émerveiller. Et pour ceux qui pourraient considérer l’intrigue comme trop dramatique ou trop tragique, il leur suffira de fermer les yeux, d’oublier les surtitres et de se laisser emporter par la musique, passionnément dirigée par Antonello Alémandi, et par la qualité des airs magnifiquement interprétés par des chanteurs au sommet de leur art. »
Alice L., élève de 3°5

« Cette sortie m’a permis de découvrir et d’apprécier l’Opéra. Lucia di Lammermoor est très joli à entendre. J’ai trouvé cet opéra un peu court…
Mon conseil : si vous souhaitez découvrir ou redécouvrir l’opéra, allez voir l’Opéra Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti, vous passerez un agréable moment. »
Thibault D., élève de 3°4

« J’ai bien aimé cet opéra. Je pensais que ça allait être long et nul, mais il s’est avéré que ça m’a plu….. Allez donc voir Lucia di Lammermoor ! »
Maya R., élève de 3°4

« Cet opéra peut rappeler l’histoire de Roméo et Juliette de Shakespeare, en version écossaise. Après la représentation à laquelle j’ai eu la chance d’assister le dimanche 04 octobre, j’ai trouvé cette pièce triste, dramatique, romantique et émouvante. Je vous invite cependant à aller voir cet opéra. »
Jordan L., élève de 3°4

« J’étais réticente à l’idée d’aller à l’opéra. Je pensais que ce serait ennuyeux, mais c’était tout le contraire : j’ai vraiment apprécié ce spectacle et le temps est passé assez vite. Je n’aime pas les histoires d’amour, mais c’était un bon spectacle.
Les talents des jeunes artistes sont surprenants. Mon artiste préférée est Venera Gimadieva qui interprète Lucia. J’ai aimé sa voix, ses intonations, la façon dont elle s’exprimait… Je vous conseille d’aller voir cet opéra. »
Justine B., élève de 3°4

Portfolio automatique :